souffle et sophrologie

Pourquoi accorde-t-on tant d’importance en sophrologie à la conscience puis la maîtrise de sa respiration?

Parce que la respiration se situe à la limite du conscient et de l’inconscient, prendre conscience de son souffle permet de prendre conscience de soi d’une manière plus authentique.

La respiration se situe à la limite du conscient : nous n’avons pas besoin de penser à respirer pour le faire, c’est une forme d’automatisme. Tant que nous sommes en vie, nous respirons, que nous soyons éveillé ou endormi voire même dans le plus profond coma.
Notre souffle se modifie instantanément pour s’adapter aux besoins du corps; il s’accélère si nous courrons, il ralentit quand nous nous reposons…

De même il change selon notre état d’esprit; rapide et incomplet si nous sommes stressé ou agité par des émotions pénibles comme la crainte ou la colère, mais lent et ample lorsque nous sommes détendu et l’esprit ouvert et confiant.
Il est donc important de prendre conscience de la façon dont nous respirons : cela nous renseigne sur notre véritable état émotionnel.

Mais, nous pouvons aller plus loin et modifier consciemment notre respiration, c’est cela que nous entendons lorsque nous disons que la respiration se situe dans le conscient. Nous pouvons la maîtriser et la maîtrisant acquérir plus de maîtrise sur nos émotions et donc nos comportements, réactions face  des situations que nous redoutions ou face à des imprévus.

Enfin, il ne faut pas oublier qu’apaiser sa respiration permet aussi au corps de rester en santé. (voir à ce sujet la pratique de la cohérence du coeur)

Ce contenu a été publié dans Divers, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.